Partagez sur les réseaux sociaux (icônes ci-dessous à gauche)! Suivez @hierogl

Aide:Translittération

De Hiero
Aller à : navigation, rechercher

Les égyptologues utilisent, pour la plupart, un jeu de caractères conventionnel pour la translittération des textes hiéroglyphiques[1]. Le plus souvent, ce jeu de caractères est celui de Sir Alan Gardiner (ci-dessous) ou un jeu dérivé[2].


Translit.png


On pourra vérifier que les caractères proposés par Gardiner pour
A a H x X S q T D
(MdC, AaHxXSqTD) sont des caractères spéciaux, en général des lettres accentuées de façon inhabituelle et difficilement accessibles sur un clavier d'ordinateur.


Dans un contexte informatique, il y a trois manières de résoudre ce problème:


  1. Faire usage d'une police de caractères spécialement adaptée à la translittération. On trouve de telles polices sur Internet, certaines sont même gratuites. Le graphisme des textes translittérés est alors proche de la perfection et les textes produits de cette façon sont tout à fait dignes de publication (la ligne «Gardiner» ci-dessus a été produite ainsi). Il y a toutefois deux inconvénients majeurs:
    • le producteur de textes doit constamment utiliser un système de commutation entre «texte translittéré» et «texte normal»
    • le consommateur de texte (celui qui lit une page web, par exemple) doit faire l'effort d'installer la police suggérée par l'auteur de la page. Cette démarche n'est pas toujours facile et le fait d'y renoncer peut conduire à des pages illisibles[3].

  2. Utiliser les ressources de la technologie Unicode [4]. Là encore, il y a plusieurs inconvénients:
    • le producteur de documents se trouve très vite confronté à des procédures de «copier-coller» de caractères spéciaux ou à l'introduction directe des caractères Unicode. Dans les deux cas ces opérations seront très fastidieuses et la nécessité de configurer des claviers de saisie à cet effet apparaîtra assez vite.
    • le consommateur de document devra disposer d'une police UTF-8 pour afficher l'Unicode, ce qui n'est pas toujours le cas.
    • il n'y a pas de bloc Unicode exclusivement consacré à la translittération des hiéroglyphes. De ce fait, les caractères sont empruntés à des blocs très différents, ce qui peut conduire à des rendus très disparates avec la police UTF-8 de restitution. Par exemple, peut-on se déclarer pleinement satisfait de l'écriture de pr-ˁȝ ou ˁnḫ ?
    • Dans le cas de l'utilisation d'un wiki, il y a cependant plus grave. Un moteur wiki, dont l'exemple le plus connu est Wikipedia, est un système hautement interactif, spécialement conçu pour faciliter le travail des auteurs et l'interrogation des utilisateurs. On voit mal ces derniers fournir des mots panachés de caractères Unicode (comme pr-ˁȝ ou ˁnḫ ci-dessus) dans leurs demandes de recherche [5].

  3. Abandonner la translittération classique (historique) et la remplacer par un système plus simple. C'est un choix audacieux qui ne fait pas l'unanimité. Certains égyptologues, conscients de l'intérêt des méthodes informatiques, ont néanmoins franchi ce pas. En 1988, Jan Buurman, Nicolas Grimal et al. ont proposé un système appelé «Manuel de codage»[6] (MdC) basé sur l'utilisation de l'alphabet latin mêlant majuscules et minuscules. On trouvera la partie «translittération» de ce code dans la ligne «MdC» plus haut, sous les signes Gardiner correspondants. Le MdC présente un inconvénient qui peut être considéré comme mineur:
    • Du fait de l'utilisation des majuscules dans le code proprement dit, il n'est pas possible d'utiliser de majuscules pour les noms propres commençant par a, h, x, s, t ou d, la majuscule correspondante ayant déjà une autre signification. Certains auteurs ont levé la difficulté en introduisant des caractères spéciaux à cet usage. Nous pensons que ce n'est pas une bonne méthode et proposons de tout écrire en MdC (alphabet latin) y compris dans les noms propres [7].


Pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, le site web «hiero» que vous consultez a adopté le codage «MdC» (méthode 3) et l'inscription hiéroglyphique

Notes

  1. fr.wikipedia.org
  2. on trouvera un tableau comparatif de ces divers jeux sous fr.wikipedia.org
  3. Dans le cas d'un site Web, il y a bien une solution qui consiste à faire appel au serveur pour produire des images au lieu du texte translittéré. Cela correspond cependant à une surcharge du serveur et à des résultats aléatoires en cas d'impression. Vous pouvez d'ailleurs constater que le texte «Gardiner» au haut de cette page est bien une image et non du texte! c'est la raison pour laquelle vous pouvez le lire sans avoir installé de police spéciale. Par ailleurs, le logiciel MediaWiki utilisé pour la construction de ce site ne prévoit aucune extension permettant de générer des images correspondant à des translittérations; par contre, l'extension WikiHiero permet d'afficher assez convenablement des textes en hiéroglyphes.
  4. fr.wikipedia.org
  5. c'est pourtant le choix qui a été fait par Wikipedia. Essayez le lien fr.wikipedia.org, vous verrez que cela fonctionne. Toutes nos félicitations, vous êtes peut-être un des premiers à avoir osé écrire ˁnḫ dans la boîte de recherche! (si vous insistez, vous verrez que pr-ˁȝ fonctionne aussi avec fr.wikipedia.org). On y trouve d'ailleurs des articles intéressants.
  6. fr.wikipedia.org
  7. l'usage de la majuscule pour les noms propres est d'ailleurs une habitude du monde occidental, et rien ne s'oppose à les supprimer. Les noms propres égyptiens sont d'ailleurs le plus souvent des périphrases ayant un sens commun, et, dans l'écriture hiéroglyphique elle-même, rien ne distingue les noms propres des noms communs.
  8. lit. je suis en état de connaître le secret de la parole du dieu. Extrait de la stèle C14 du Louvre, Irtysen (lignes 6 et 7 depuis le haut, se lisant de droite à gauche)